Urgence pour les employeurs du sport français - Communiqué de Presse

22 Septembre 2020

Nous, représentants des employeurs et entreprises du sport de tous secteurs (amateur, associatif, professionnel, commercial, gestion d’équipements sportifs), réunis sous l’égide du CoSMoS, l’organisation patronale du sport, appelons à la mise en œuvre en urgence d’un plan spécifique de soutien pour faire face à la crise qui touche aujourd’hui de plein fouet nos entreprises.

Nous saluons l’action exceptionnelle des pouvoirs publics durant la période de confinement (activité partielle, Prêt Garantie d’Etat, exonérations de charges, fond de solidarité…).

Nous soutenons les annonces du Premier Ministre visant à consacrer 120M€ pour aider à la création d’emplois, soutenir les clubs, favoriser la transition énergétique des équipements sportifs et le développement numérique.

Mais la crise économique et sociale est devant nous.

 Le sport, à l’instar du tourisme et de la culture, est l’un des secteurs d’activités les plus affectés par la crise sanitaire, économique et sociale. Avec la rentrée, les employeurs du sport sont dans une situation d’urgence :

  • Baisse de l’ordre de 30% du nombre de licenciés dans les associations sportives ;
  • Baisse considérable des ressources des clubs professionnels, des organisateurs d’évènements et des gestionnaires d’équipements sportifs, liée aux contraintes sanitaires ;
  • Baisse significative de fréquentation pour les salles de fitness et les entreprises de loisirs actifs conduisant à une baisse de 30 à 50% du chiffre d’affaires.

La survie de bon nombre de structures et des emplois qui y sont attachés est en jeu.

 

Pourtant, avec 360 000 associations sportives, 112 000 entreprises du sport et 448 000 emplois[1], le sport contribue significativement à la vie économique et sociale du pays. Il constitue également une réponse à des enjeux sociétaux majeurs de cohésion sociale, d’éducation, de bien-être et de bienfait pour la santé.

En cette période inédite, le sport relève de l’intérêt général pour les français et peut participer non seulement à une reprise d’activité soutenue, mais aussi constituer un des éléments fondateurs de « la vie d’après ».

Nous appelons de nos vœux, dans un esprit de collaboration avec les pouvoirs publics, à des décisions rapides et fortes capables de renforcer la confiance d’un secteur qui, dans sa diversité, participe au quotidien à la vie de nos concitoyens.

 

[1] Source : BPCE Fev 2020

Contenu réservé exclusivement aux adhérents - reproduction interdite sans autorisation préalable du CoSMoS.

Nos partenaires