Discours du Président Philippe DIALLO à l'AG du CoSMoS du 05 juin 2014

6 Juin 2014

Le Président du CoSMoS s'adresse à vous à l'occasion de l'Assemblée générale du 05 juin 2014.

Monsieur le Ministre,
Mesdames et Messieurs les Présidents de Fédération,
Mesdames, Messieurs,
Chers Adhérents,

Avant que vous ne clôturiez notre Assemblée, je veux, Monsieur le Ministre, vous dire toute notre gratitude et notre fierté de vous compter parmi nous ce matin.

Permettez-moi d'interpréter votre présence comme un signe de reconnaissance et un encouragement.

Reconnaissance du CoSMoS qui, créé en 1997, s'impose après 17 ans d'existence comme LA grande organisation des employeurs du sport. Celle qui, à travers la diversité de ses membres, est la plus à même de porter et de traduire les demandes et les besoins des 17 000 structures employeurs de la branche et de leurs 126 000 salariés.

Mais votre présence, c'est aussi et avant tout un encouragement pour les représentants associatifs, les présidents de fédération, les dirigeants de club amateur comme professionnel, les chefs d'entreprise que vous avez devant vous ce matin. Un encouragement pour tous à poursuivre et amplifier notre action au service de la croissance et de l'emploi.

Pour ma part, je suis particulièrement heureux de vous accueillir à la tête d'un CoSMoS plus fort qu'hier, d'un CoSMoS qui assume sa place de principale organisation patronale du sport, d'un CoSMoS qui joue et entend jouer un rôle de fer de lance des employeurs du sport.

Il y a presqu'un an jour pour jour en prenant la tête du CoSMoS, j'avais indiqué que nous avions trois défis majeurs à relever : un défi financier, un défi de représentativité, un défi social.

J'avais ajouté que ces défis ne seraient relevés que si nous avions la capacité à nous mobiliser, à nous unir.

Un an après, où en sommes-nous ?

• Sur le plan financier, notre rétablissement a été spectaculaire : après une période très délicate au cours de laquelle des décisions parfois douloureuses ont dû être prises et une restructuration engagée, nous avons renoué avec les bénéfices et pu reconstituer intégralement nos fonds propres. Je tiens ici à remercier le CNOSF et son Président, Denis Masseglia, qui ont adhéré au projet et ont matérialisé leur confiance dans une convention CNOSF/CoSMoS signée ici même en décembre 2013 et qui nous offre une visibilité sur 3 ans. Si rien n’est encore définitivement gagné, nous avons remis le CoSMoS sur les bons rails. Pourtant, si assainir les finances du CoSMoS était et reste une mission prioritaire, elle ne peut constituer un but. Notre ambition commune doit être dans l’avenir proche d’engager une nouvelle étape dans le développement du CoSMoS. C’est à cette condition que nous pourrons répondre à la demande croissante de services de nos adhérents. 

• Cela m’amène à aborder la question de la représentativité. C’est un objectif majeur pour notre organisation. Le travail que nous avons engagé depuis un an avec les élus du CoSMoS me permet de vous dire qu’une vraie dynamique s’est enclenchée : en un an, le nombre d'adhérents à progresser de 33 %. Ce qui veut dire en clair que nous n’avons jamais été si nombreux. Ce qui me paraît particulièrement significatif, c’est que nous enregistrons une progression aussi bien dans notre collège général que dans le collège des entreprises des loisirs marchands. Trois exemples pour illustrer cette diversité : tout d’abord, l'AE2F (Association des Employeurs du Football Fédéral) vient lors de son AG de mai de décider de confirmer son adhésion au CoSMoS. C'est ainsi les 113 structures déconcentrées de la Fédération Française de Football, représentant 900 ETP, qui viennent grossir nos rangs. Deuxième exemple, la société "L'Orange Bleue", dont je salue les dirigeants qui sont parmi nous ce matin, qui a décidé de nous rejoindre. Ce faisant, c’est un des principaux réseaux de salle de fitness français, avec ses 210 salles et ses 630 collaborateurs, qui devient adhérent du CoSMoS. 3ème exemple, c’est l’association « Nautisme en Bretagne », dirigée par notre ami Jean Kerhoas, qui regroupe les clubs de voile bretons et plus largement des activités de nautisme. Avec cette adhésion, ce sont 200 structures et 667 ETP qui se rangent sous la bannière du CoSMoS. A tous je dis bienvenue. Votre confiance nous oblige. Elle démontre aussi que le CoSMoS a su réunir, prendre en compte les intérêts de chacun et défendre l’intérêt de tous. Pour le dire autrement, le CoSMoS, c’est la maison commune des employeurs du sport.

• Enfin, un mot sur le dialogue social : les avenants que nous venons de signer sur le temps partiel constituent peut-être les textes les plus importants signés depuis la création de la CCNS. Ils font du sport une des rares branches d'activité où un accord a pu être trouvé. Preuve peut-être que la jeune branche du sport est plus mature qu’on ne le pense parfois. Face à l’inquiétude des employeurs comme des salariés devant l’application au 1er juillet 2014 de la durée minimale de 24 heures hebdomadaires, nous avons su nous placer dans une démarche de construction et de dialogue avec nos interlocuteurs pour trouver une solution positive. C’est avec ce même esprit que nous allons prochainement aborder la question de la généralisation de la mutuelle santé, la prévoyance et la formation professionnelle.

Comme le dit Nietzche "ce qui ne te tue pas te rend plus fort" : il y a un an nous étions dans l'interrogation et le doute, aujourd'hui nous avons réussi à créer une dynamique.

Je savais pouvoir compter sur vous et vous avez été au rendez-vous.

Cela s'est fait grâce à vous, grâce à l'équipe du Bureau et du Conseil national et aussi grâce à la qualité et la compétence des collaborateurs du CoSMoS (Dominique Tissot, Emilie Coconnier, Romain Vieville, Alexia Clavelou et aussi Alice de Roffignac qui est à mes côtés au sein de l’UCPF).

Si le bilan de cette première année apparaît satisfaisant, nous devons restés mobiliser car, comme en sport, les résultats peuvent être éphémères. Or, nous devons impérativement les confirmer et les amplifier.

Notre premier chantier, c'est la représentativité. Vous le savez, en 2017, après les organisations syndicales et, pour la première fois, les organisations patronales seront soumises à la mesure de leur audience. De cette mesure découlera la place du CoSMoS dans la CCNS et son poids dans le dialogue social. C'est un enjeu majeur pour notre avenir. Et cet avenir, nous devons le préparer dès maintenant.

C’est ce à quoi nous nous sommes employés sous la houlette d’André de Saint-Martin en redéfinissant, en précisant et en renforçant le rôle de nos pilotes régionaux et de nos coordinateurs fédéraux.
Dans le même esprit nous avons modifié nos statuts pour introduire la possibilité d'adhésions groupées offrant ainsi une nouvelle option dont j'espère que nous recueillerons les fruits lors de la campagne d'adhésion 2015.

Le second chantier, c'est bien évidemment le dialogue social. Le 29 novembre 2013, nous avons signé avec les organisations syndicales un accord de méthode qui fixe notre agenda de discussion jusqu'en 2016. Au menu, on retrouve les thématiques issues des négociations des ANI : généralisation de la mutuelle santé, prévoyance, égalité Homme/Femme, temps de travail, classification conventionnelle, articulation chapitre 12 sport professionnel et accords sectoriels...

Je voudrais profiter, Monsieur le Ministre, de votre présence pour évoquer la question de la formation professionnelle. Peut-être plus qu'ailleurs, c'est un élément essentiel de développement de notre branche dans la mesure où un nombre important des emplois sont des emplois de personnel encadrant qui nécessitent la délivrance d'un diplôme.

La loi du 05 mars 2014 a modifié en profondeur le dispositif de la formation professionnelle aussi bien dans ses modalités de financement, les fléchages des fonds que dans la création de nouveaux droits pour les salariés.

Le CoSMoS s’est rapidement et clairement positionné face à ces évolutions en proposant une démarche en trois temps :

1. Réécrire les dispositions du chapitre 8 de la CCNS pour tenir compte des modifications induites par la loi portant réforme de la formation professionnelle,

2. Ouvrir des négociations avec nos partenaires pour construire ensemble une politique de branche,

3. Ouvrir une négociation pour identifier et affecter les moyens nécessaires à la mise en œuvre de cette politique.

Reste l’épineuse question de la désignation d’un OPCA de branche.

Depuis plusieurs années, notre branche n'a pas été en mesure de désigner cet OPCA. Pour sortir de cette situation, le CoSMoS propose depuis plus de 2 ans de faire un appel au marché, transparent, basé sur un cahier des charges clair avec des critères objectifs qui permettent de choisir, pour accompagner notre politique de formation professionnelle, le partenaire le plus performant.

Malheureusement, cette démarche, inspirée des préconisations du Conseil Constitutionnel en matière de prévoyance, n'a pu être mise en œuvre  compte tenu d'une vision prédéterminée de certains acteurs.

Ce débat devrait bientôt reprendre et nous ne désespérons pas de convaincre certains de rejoindre notre proposition.

Cependant, si malgré tous ses efforts pour trouver une solution consensuelle, certains étaient tentés de vouloir nous imposer unilatéralement un choix, le CoSMoS ne pourrait l'accepter compte tenu de sa place dans la branche du sport et de l’importance de la formation professionnelle pour la professionnalisation de nos structures.

Nous espérons vivement, Monsieur le Ministre, que nous pourrons compter sur votre ministère pour nous aider à préserver l’harmonie de notre branche et les intérêts vitaux des employeurs du sport.

Puisque j’en suis aux demandes, un mot sur les emplois d'avenir. Le gouvernement s’est fixé des objectifs ambitieux en annonçant 45 000 nouveaux contrats en 2014. Aujourd’hui 35% des contrats d’avenir en cours sont portés par des associations et 12% par des entreprises du secteur marchand. La branche du sport apporte sa contribution à cet engagement vis-à-vis de la jeunesse puisque l’objectif fixé par l’Etat de 15 000 contrats dans le sport et l’animation pour 2014 a été atteint dès le mois d’avril. Si nous voulons poursuivre cet engagement, il faudrait, dans un secteur où l’activité est fortement réglementée, apporter les ajustements nécessaires pour que nos employeurs puissent plus aisément y recourir.
Il serait tout aussi opportun de faciliter le recours à l’apprentissage, domaine dans lequel notre pays accuse encore des retards.

A ce titre, je sais que votre ministère est particulièrement attentif à la formation et aux certifications. Le CoSMoS a eu l’occasion de prendre position sur ces sujets. Je voudrais devant vous une nouvelle fois plaider pour la mise en place des outils d’observation adéquats qui nous permettent de disposer d’un appareillage statistique fiable, susceptible de mieux faire coïncider les formations/certifications avec les emplois/métiers.

Dans un tout autre domaine, vous avez annoncé qu’une de vos priorités serait la création d’un statut du sportif visant à donner un contenu social à la spécificité du sport. Il s’agit d’un projet ambitieux et enthousiasmant puisqu’enfin il s’agit de faire coller la réalité du droit avec la réalité de l’activité sportive. Le CoSMoS sera à vos côtés dans cette démarche et prêt à y apporter toute la contribution nécessaire.

Pour conclure, Monsieur le Ministre, j’en appelle à vous pour simplifier et libérer.

Simplifier, cela veut dire simplifier les procédures et les normes pour que nos employeurs, en particulier les plus petits, se concentrent sur le développement de leur activité plutôt que de se perdre dans la gestion administrative.

Libérer, cela veut dire libérer les énergies pour gagner en compétitivité pour créer des emplois et accompagner la professionnalisation et le développement de toutes nos structures.

Vous voyez, Monsieur le Ministre, malgré la crise, il n’y a pas de morosité chez les employeurs du sport. Tout au contraire, il n’y a le souhait d’aller de l’avant car la branche du sport regroupe des activités qui globalement sont en croissance.

Je sais, Monsieur le Ministre, que vous avez le désir et la volonté d’agir. Nous avons ce même désir et cette même volonté. Aussi, je vous le dis : le CoSMoS est prêt à faire franchir des étapes décisives à toute la filière du sport français.

Philippe DIALLO
Président du CoSMoS

Contenu réservé exclusivement aux adhérents - reproduction interdite sans autorisation préalable du CoSMoS.

Nos partenaires